La Jeune ménagère – 3

Les « chapitres » précédents sont ici :

La Jeune ménagère – 1

La Jeune ménagère – 2

Et bien entendu le Hors-Série sur LE VÉSICATOIRE, ici.

Sans surprise, Marie arrive, voit la maison dégueulasse, et ça la rend bien triste (vraiment, qui aurait pu prévoir.). Heureusement, elle et sa mère vont pouvoir tout remettre en ordre et briquer de la cave au grenier (su-per.), vu qu’il y a une cave et un grenier.

Je vous épargne le récit haletant de tout ce qu’il y a dans les placards. Je vais donner juste l’info : Louise recommande de ne jamais jeter les ficelles et les papiers qui enveloppent les articles des magasins (là encore, bravo, vivent les gestes barrière), car on peut s’en servir pour remplacer les pages manquantes des livres. (Don’t ask.)

Sur ce, elles se mettent à ranger les placards, pour pouvoir tout trouver en un clin d’œil, car, je cite : « Le temps, comme on dit, c’est de l’argent ». (Je vous avais dit que c’était écrit par une macroniste.)

Voici une image de leur placard à linge une fois la tâche achevée, je ne sais pas ce qu’en penserait Marie Kondo.

Si vous me faites remarquer que pour des gens qui se veulent économes et humbles, y a un sacré paquet de taies d’oreillers, sur le mode de « ah on prétend faire les modestes mais on se roule dans les boîtes à bas », je rappelle que quand sans machine à laver, il fallait un peu de réserve, et est-ce que je vais compter vos draps de bain, moi, hein.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que ce qui compte, c’est l’ORDRE. Oui, l’ordre.

Et le proverbe du jour ? Eh bien c’est une sorte de mélange fumeux que ne renieraient pas un chirurgien homéopathe – ou un ministre de l’intérieur :

L’ORDRE

SOULAGE LA MÉMOIRE

DIMINUE LA DÉPENSE

MULTIPLIE LE TEMPS

Carrément. Multiplie le temps. D’où il tient tous ses pouvoirs, Dr Strange, hein ? Il range ses slips en petites piles. Voilà.