Mise en avant

Se changer les idées

Pendant le confinement, je vais mettre des contenus inédits sur ce site. Dans l’espoir de contribuer, peut-être ,à essayer de changer les idées des personnes confinées, et de celles qui travaillent à faire tourner la boutique (et que je remercie sincèrement), pour peu qu’elles trouvent le temps de lire…

Chaque lundi, un article inspiré du fascinant livre La Jeune Ménagère. (Le premier est ici).

Chaque mercredi et chaque samedi, un nouvel extrait du troisième tome d’Alex et Marco. Ce troisième tome (titre de travail : Les Ogres) n’a pas encore fait l’objet d’un travail d’édition, et je vous recommande d’avoir lu au moins Les Hordes Invisibles, car si Les Ravagé(e)s et Les Hordes Invisibles peuvent éventuellement se lire indépendamment ou dans le désordre, sans contexte je pense que ça ne sera pas très fluide ni agréable. Ces contenus sont accessibles avec un mot de passe, je vous le donnerai sans problème si vous me contactez sur Facebook ou sur Twitter.

La Jeune ménagère – 3

Les « chapitres » précédents sont ici :

La Jeune ménagère – 1

La Jeune ménagère – 2

Sans surprise, Marie arrive, voit la maison dégueulasse, et ça la rend bien triste (vraiment, qui aurait pu prévoir.). Heureusement, elle et sa mère vont pouvoir tout remettre en ordre et briquer de la cave au grenier (su-per.), vu qu’il y a une cave et un grenier.

Je vous épargne le récit haletant de tout ce qu’il y a dans les placards. Je vais donner juste l’info : Louise recommande de ne jamais jeter les ficelles et les papiers qui enveloppent les articles des magasins (là encore, bravo, vivent les gestes barrière), car on peut s’en servir pour remplacer les pages manquantes des livres. (Don’t ask.)

Sur ce, elles se mettent à ranger les placards, pour pouvoir tout trouver en un clin d’œil, car, je cite : « Le temps, comme on dit, c’est de l’argent ». (Je vous avais dit que c’était écrit par une macroniste.)

Voici une image de leur placard à linge une fois la tâche achevée, je ne sais pas ce qu’en penserait Marie Kondo.

Si vous me faites remarquer que pour des gens qui se veulent économes et humbles, y a un sacré paquet de taies d’oreillers, sur le mode de « ah on prétend faire les modestes mais on se roule dans les boîtes à bas », je rappelle que quand sans machine à laver, il fallait un peu de réserve, et est-ce que je vais compter vos draps de bain, moi, hein.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que ce qui compte, c’est l’ORDRE. Oui, l’ordre.

Et le proverbe du jour ? Eh bien c’est une sorte de mélange fumeux que ne renieraient pas un chirurgien homéopathe – ou un ministre de l’intérieur :

L’ORDRE

SOULAGE LA MÉMOIRE

DIMINUE LA DÉPENSE

MULTIPLIE LE TEMPS

Carrément. Multiplie le temps. D’où il tient tous ses pouvoirs, Dr Strange, hein ? Il range ses slips en petites piles. Voilà.


La Jeune ménagère – 1

Cher·e· s ami·e·s,

Si vous m’avez déjà lue, vous savez que je me targue d’un féminisme imparfait, mais de bonne volonté. Autrement dit, si j’en crois les médias, je suis une sorte de catin ayant à cœur de déstabiliser notre société en utilisant des mots en « ice », en cassant l’ambiance en soirée et en dégustant les testicules de mes contemporains en rillettes.

Continuer la lecture de « La Jeune ménagère – 1 »

La Sans-Visage

La sortie va sans doute être repoussée. Je n’ai pas encore de date précise à vous donner.

La Sans-Visage, roman suspense/thriller ado, sortie le 8 Avril à l’École des Loisirs.

La Sans-Visage, c’est l’histoire de quoi ?

La Sans-Visage, c’est l’histoire de…

C’est l’histoire d’une colo, d’une colo où une fille disparaît. Je vais faire la flemmarde et récupérer directement le résumé de l’Ecole des Loisirs, car je le trouve chouette :

Éléonore a disparu dans la nuit et personne n’est vraiment étonné. Surtout pas Clara qui a tout vu, tout entendu. Dès le début de la colo, Lilas et sa petite bande ont pris Éléonore pour cible. Ils l’ont d’abord appelée Babar, puis ils l’ont bousculée, malmenée, et ils ont fait de sa vie un enfer. Clara a observé de loin leurs petits jeux cruels, sans dire un mot, sans intervenir. Comme tous les gens de la colo, elle a même fini par s’habituer, à trouver normal que l’on s’acharne sur cette fille. Elle a tout vu, tout entendu. Et aujourd’hui, Éléonore a disparu…#harcèlement#colonie de vacances, centre de loisirs#sentiment de culpabilité#aventure et mystère

Ils ont même fait les tags eux-mêmes, voilà qui me facilite la vie.

Elles Fest

Je serai présente au festival « Elles Fest », le 29 février à 17h, pour une intervention et une séance de dédicaces.

Causette, en partenariat avec Ground Control, organise une rencontre « Le Féminicide, au-delà du fait divers ».

L’excellente nouvelle, c’est qu’une avocate (Anaïs Defosse, comme vous pouvez peut-être le voir sur cet élégant flyer) spécialisée entre autre en défense des victimes, sera également présente. Ayant une vision très parcellaire de ce sujet capital, je lui suis très reconnaissante de venir apporter des réponses d’experte.

Par ailleurs, cette conversation était vraiment passionnante. Je suis sûre que la conférence le sera aussi (vous savez ce qui vous reste à faire).

Les détails de l’événement « Féminicide, au-delà du fait-divers » sont ici.